Les plateformes collaboratives

Gestion: Proposé par Marc Bertin actualisé le 08 août 2019.

Le travail collaboratif basé sur l'utilisation de plates-formes en ligne, nouvelle version du travail en équipe, est, tout à la fois, un abus de langage et une extension de l'utilisation d'internet qui crée une dépendance des utilisateurs à leurs prestataires.

Que les multinationales les utilisent est compréhensible, mais que les PME et TPE s'y mettent également, me semble contraire à la logique qui anime les entrepreneurs et les indépendants. Laissons de côté les termes de flexibilité, d'agilité et autres hochets de langage techno-pédant pour se focaliser sur les coulisses de ces plates-formes collaboratives comme elles aiment à se nommer.

Pour faire simple, les opérateurs de ces plates-formes deviennent, dès lors que vous utilisez leurs services en ligne, vos patrons. Ils peuvent et ne s'en privent pas, modifier les CGU, les prix, les services qu'ils proposent, sans que vous puissiez intervenir.

N'en doutez pas, c'est, dès la première action de partage, le dépôt d'un fichier sur le serveur qui rendra possible à l'éditeur du service la réutilisation de vos données non chiffrées.

Souvent la seule option possible pour limiter l'utilisation de vos données est de ne pas utiliser le service. C'est ce qu'affirme TrelloSi vous êtes en désaccord avec toute modification apportée à cette politique de confidentialité, vous devez cesser d'utiliser les services et désactiver votre compte, dans sa politique de confidentialité. Vous croyez que payer pour le service que vous utilisez suffit à vous mettre à l'abri des risques de détournement, de réutilisation de vos données. Que nenni, mon brave ! Tout comme pour les services en ligne gratuits, vos données sont sauvegardées, pour vous mais pas uniquement, traitées à toutes fins selon les besoins. C'en est fini de la confidentialité de la correspondance, du secret des affaires.

Pourquoi tant de plates-formes offrent leurs services en ligne qui nécessitent d'importantes infrastructures matérielles et logicielles et dont l'équilibre financier ne pourrait être obtenu par les seuls produits de la vente tarifée de leurs services, s'il n' y avait une autre source de revenus : l'exploitation de vos données, toutes vos données.
Le véritable coût des services en ligne que vous utilisez vous est inconnu, vous n'en connaissez que la partie apparaissant sur votre facture.

Il y eut des précédents dans l'histoire industrielle du 20ème siècle. Un des plus évidents est celui de l'empire du milieu, post-Maoïste, qui permit aux entreprises occidentales d'installer leurs usines et leurs savoir-faire dans un partenariat imposé particulièrement favorable à l'invitant, avec les effets que l'on peut voir aujourd'hui.

Les services en ligne reproduisent le même schéma.
Quelle que soit votre activité, sauf pour les métiers manuels, encore que... il est toujours possible de créer l'automate qui reproduira votre travail, ni mieux, ni moins bien puisque dans certains cas, le facteur humain est important, voire prime. Pensez à la télé-médecine, très en vogue actuellement, si l'assistance technique permet un meilleur diagnostic, l'écoute et l'information du patient a, aussi, de l'importance dans la guérison du malade. L'effet placebo ou l'effet blouse blanche ne sont sûrement pas robotisables.

Doit-on en conclure qu'il faille renoncer à l'utilisation de services en ligne partagés.
Certainement pas, à condition d'avoir la maîtrise de l'infrastructure en acceptant d'en supporter le coût réel et peut-être d'en limiter les usages.
Abandonner le papier pour le tout-numérique est probablement inconséquent. Un juste équilibre entre les deux sera une meilleure solution.

Le corollaire de cette utilisation est, d’évidence, le chiffrement des données transitant sur le net, partagées ou stockées en ligne.

Commentaire : Enfin, n’oubliez pas que l’ère du numérique est le temps de l’éphémère, a contrario d’une idée trop répandue. Les documents "papier", bien conservés, ont une durée de vie de plusieurs centaines d’années. Peut-on en dire autant du support électronique dont l’obsolescence, programmée ou non, rend inutilisables des supports tel le DVD considéré, un moment, comme l’ultime évolution pour les sauvegardes ?

A propose de la citation de Trello : Depuis debut 2017 Trello appartient à Atlassian. La page consacrée à la confidentialité de Trello est redirigée sur le site Atlassian.com qui reprend le même extrait cité dans cet article.

Print Friendly and PDF - fleche retour au debut
.