Après les masques, bis repetita avec les vaccins.

Déjà une pénurie de vaccins

Techno: Proposé le 18 janvier 2021 par Max actualisé le 19 janvier 2021.

Au premier jour, le 18 janvier 2021, de l'élargissement de la vaccination anti-covid-19 à nos Ainés de 75 ans et plus, résidant hors EHPAD et hors personnel soignant ou en contact avec des malades, déjà prioritaires depuis le 27 décembre 2020, ainsi qu'à ceux, sans considération d'âge, présentant l'une des 5 maladies favorisant le développement d'une forme grave de l'affection liée au covid-19, l'insuffisance voire la pénurie de vaccins est décriée par les opérateurs chargés de la vaccination.

Mais le gouvernement et le ministre de la santé n'en sont pas à leur premier exploit du genre. Déjà, au mois d'octobre 2020, les pharmaciens constataient une insuffisance, pour ne pas dire une indisponibilité de vaccins contre la grippe. Le gouvernement nia en minorant la réalité de la situation.

Dormez braves gens, tout va bien!C'était l'antienne que répétaient les veilleurs du guet arpentant nuitamment les rues sans lumière des villes au moyen-âge, Tel est le résumé des interventions publiques du gouvernement et que notre premier ministre reprend à son compte.

L'extension du périmètre de vaccination concernerait, selon l'INSEE, 6.892.491 de personnes désignées prioritaires pour la vaccination, dont les résidents en EHPAD 728.000 en 2015 selon l'étude de la DREES

La vaccination est sélective, elle est définie sur les recommandations de la HASHaute Autorité de Santé

Si l'objectif du nombre de personnes à vacciner est connu, 15 millions d'ici la fin juin 2021, et 60% de la population pour atteindre l'immunité collective, le nombre de doses à recevoir par la France fluctue, entre les annonces optimistes du ministre de la santé Olivier VERAN et celles de Pfizer, contradictoires, d'abord d'un retard de livraison suivie d'une confirmation de reprise au rythme prévu à partir du 25 janvier 2021

Tout comme sont fluctuants les objectifs de vaccination de l'ensemble de la population. D'abord fixé, en début de campagne de vaccination, le 26 décembre dernier, à 15 millions de personnes vaccinées à l'horizon de l'été prochain. Lors de sa conférence de presse du 07/01/2021, Jean Castex ne visait plus qu'un million de vaccinés à la fin janvier 2021. Exit les prévisions à plus long terme et encore moins à l'horizon de l'été prochain. Affirmation déjà approximative, car comme chacun le sait, l'horizon recule à mesure que l'on avance.

Selon FranceInfo, la France devait recevoir 500.000 doses du laboratoire Pfizer mais n'en a reçu réellement que 380.000 doses de vaccins en étuis de 5 vaccins auxquelles il convient d'ajouter 50.000 vaccins du laboratoire Moderna. Le tout à répartir entre les 833 centres de vaccination. Toutefois, certaines quantités de doses sont réservées aux pensionnaires des EHPAD et au personnel soignant ou en contact avec les malades comme peuvent l'être les pompiers et aides à domicile de 50 ans et plus. Ce qui diminue d'autant le nombre de doses disponibles pour chaque centre de vaccination.
C'est ainsi que le département de Seine-Saint-Denis ne dispose que 50 doses par centre et par jour et qu'il n'est possible de prendre rendez-vous, à ce jour, que dans 2 centres sur les 17 du département.

De plus, sur les prochaines livraisons, une partie des vaccins sera réservée à la seconde injection. Ce qui accentue encore le manque de vaccins disponibles.

Le délai entre les deux injections est de trois semaines pour le vaccin Pfizer et de quatre semaines pour le vaccin Moderna.
Les premiers effets de de protection peuvent apparaître dans les deux semaines suivant la première injection, mais l'efficacité totale n'est avérée qu'après la seconde vaccination si elle est réalisée dans le délai prescrit.

Le laboratoire BioNTech a averti, le mardi 5 janvier, que l'efficacité maximale de son vaccin contre le Covid-19 n'était pas démontrée si la deuxième injection était retardée, au-delà de trois semaines.

Des interrogations restent en suspens telles que la durée de protection du vaccin et pour quelles souches de virus et de ses mutations. Le néo-vacciné peut-il être contagieux et transmettre le virus à son entourage.

L'efficacité et la pertinence de la vaccination des personnes âgées est incertaine. En effet, l'étude menée par le laboratoire Pfizer ne comptaient qu'une très faible proportion de témoins de + de 75 ans avec 4,3% des participants, soit 1.712 personnes. Pourtant, en France, La HAS privilégie cette catégorie d'âge sans véritable certitude sur la réalité du bénéfice, d'autant qu'en Norvège des effets secondaires dues à la vaccination anti-covid entrainent le décès de néo-vaccinés très âgés.

Premier jour de l'extension de la vaccination
Impossible prise de rendez-vous pour se faire vacciner
Situation de pénurie en Rhône-Alpes-Auvergne

commentaire : d'une pénurie à une autre,sans hésitation, on peut reconnaître à nos premiers de cordée une certaine constance dans la médiocrité. A suivre... Print Friendly and PDF - fleche retour au debut